Géographie

Un peu de géographie:

“L’île de Beauté” c’est comme ça que l’on a décider de lui donner son nom, région française qui représente à peine 28% de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur par sa superficie (8 720km2, soit 183km de long sur 83 de large), recèle un concentré des plus beaux paysages de Méditerranée.

Quatrième île de la Méditerranée par sa superficie après la Sicile, la Sardaigne et Chypre, la Corse a le statut de région (capitale : Ajaccio), divisée en deux départements : la Corse-du-Sud (préfecture : Ajaccio) et la Haute-Corse (préfecture : Bastia). Sa situation géographique la rend plus proche des côtes italiennes que des côtes françaises : Bastia est plus près de Gênes que de Nice, et seulement 12km séparent Bonifacio de la Sardaigne.

Ses plages de sable fin quasi polynésiennes du sud aux pics abrupts du centre en passant par les golfes azurés tapissés de maquis de l’ouest et les forêts de châtaigniers du nord-est, la liste des joyaux naturels de l’île est longue.

Le littoral n’est pas identique des deux côtés de l’île : à l’est, les plages de sable doré se succèdent, souvent avec monotonie. À l’ouest, la côte est plus tourmentée, creusée de failles profondes, dominée par de hauts promontoires rocailleux.

Les golfes de Porto, de Sagone, d’Ajaccio et de Valinco rythment cette côte occidentale, offrant, avec le cap Corse, les plus beaux panoramas marins de l’île. À l’extrême sud, les falaises de Bonifacio se dressent comme pour faire front à la Sardaigne. Au nord, le cap Corse, au relief tourmenté, semble percer la mer de son doigt.

L’impénétrable maquis, sec et odorant, recouvre la totalité de la côte et près de 40% de l’île, partageant parfois son territoire avec l’olivier ou le chêne.

La Corse est une montagne cernée par la mer. Un sillon central d’une centaine de kilomètres de long, entre les rivières Ostriconi au nord-ouest et Solenzara au sud-est, sépare les deux grands blocs montagneux de l’île. On distingue la Corse schisteuse, au relief peu élevé (nord-est), de la Corse cristalline, plus abrupte.

Cette dernière, qui couvre presque toute l’île, présente un relief aux arêtes vives et englobe les sommets les plus élevés, du Monte Cinto (point culminant de la Corse à 2 706m) aux spectaculaires aiguilles de Bavella en passant par la Paglia Orba (2 525m), le Monte Rotondo (2 622m), le Monte d’Oro (2 389m), le Monte Renoso (2 354m) et le Monte Incudine (2 136m). De cette grande arête centrale partent des chaînons obliques, morcelant l’île en une vingtaine de microrégions. Ces chaînons s’abaissent progressivement jusqu’à la mer, où ils dessinent de grands golfes. Ce type de relief permet une bonne irrigation des microvallées, desservies par de nombreux cours d’eau, comme le Liamone, le Rizzanese, la Gravone et le Taravo à l’ouest, et le Golo ou le Tavignano à l’est.

Malgré son apparente homogénéité, le Centre corse reste très disparate, tantôt minéral et désertique, tantôt recouvert de forêts verdoyantes. De magnifiques lacs de haute montagne y côtoient de profondes gorges et des sommets enneigés.

 

rss facebook twitter